Le CMC publie un spécial sur les opportunités et l’impact des évènements sportifs pour le Maroc

Le Centre Marocain de Conjoncture (CMC) a annoncé la parution de sa dernière publication mensuelle « Maroc Conjoncture » n° 361, un spécial portant sur « les prochains événements sportifs : quelles opportunités et impact pour le Maroc ? ».
Source : Barlamane
Posté Le : Mardi 14 novembre 2023

Ce spécial s’articule autour de six principaux axes, à savoir « Instabilité du Cycle de Croissance : 2024, une politique budgétaire entreprenante », « Conjoncture économique : Perspectives de redressement de l’activité en 2024 », « La Dynamique du Secteur des BTP en perspective, de la coupe du monde 2030 », « Can-2025 et Mondial 2030 : importantes retombées sur le secteur du transport en perspective », « Tourisme : Après la crise, regain de dynamisme du secteur touristique », et « Croissance à l’horizon 2030 : à quand la sortie du piège des économies à revenus intermédiaires ? », fait savoir le CMC.

Dans ce sens, la publication souligne que la conjoncture est tellement instable et imprévisible que les économies du monde peinent à poursuivre les orientations stratégiques qu’elles se sont tracées pour leur développement, notant qu’après que les chocs négatifs de la pandémie se sont atténués, la guerre russo-ukrainienne est venue embraser la planète et provoquer la flambée des prix du baril, des autres matières premières et des principaux produits alimentaires.

Concernant la conjoncture économique nationale, la publication a indiqué que l’économie marocaine a encore, une fois de plus, argué un profil résilient, en supportant les impacts dévastateurs du tremblement de terre et en faisant face à un environnement international chaotique et peu propice.

Les prévisions de croissance, même réajustées à la baisse confrontées à ces contraintes, sont restées assez bonnes soit respectivement 3,7% et 4,3% pour 2023 et 2024, selon la publication.

Par ailleurs, le Centre revient sur l’annonce de la candidature conjointe du Maroc, de l’Espagne et du Portugal pour l’organisation de la Coupe du Monde de la FIFA en 2030, ajoutant qu’il s’agit d’une collaboration transfrontalière, portée par la passion partagée pour le football, qui promet de transformer radicalement le paysage du sport, du tourisme et de l’industrie de la construction au Maroc et dans la région ibérique.

Cette candidature ne se limite pas au football, mais annonce une ère de prospérité socio-économique, de croissance des infrastructures et de dynamisme dans le secteur du BTP notamment.

S’agissant des retombées de l’organisation de la CAN-2025 et du Mondial 2030 sur le secteur du transport que le Maroc s’apprête à accueillir, la publication relève que ces compétitions internationales devraient attirer des millions de visiteurs du monde entier.

A cet égard, le CMC précise que tous les modes de transport se préparent, notamment le transport aérien et ferroviaire, le transport urbain, l’infrastructure routière et le transport maritime.

 Pour ce qui est du secteur du tourisme, la publication souligne qu’après la crise relative à la pandémie de la Covid-19, le secteur du tourisme a repris progressivement des forces, notant que l’embellie entamée dès 2022 s’est poursuivie en 2023 grâce aux efforts fournis par les différents gouvernements de par le monde pour soutenir cette activité.

Le CMC précise, en outre, que le taux de croissance pour l’exercice en cours s’établirait dans les hypothèses les plus favorables à un niveau relativement modeste. Il s’inscrit de ce fait dans le prolongement des tendances moyennes enregistrées depuis la reprise vigoureuse ayant marqué l’après-pandémie.

Cependant, force est de constater qu’au vu des chantiers ouverts pour relever le double défi du stress hydrique et de la transition énergétique et tenant compte des programmes d’investissement en cours pour la reconstruction mais aussi la consolidation des infrastructures économiques et sociales, les conditions d’une relance du cycle de croissance sur des bases plus fortes semblent mieux se préciser, estime le CMC, faisant savoir que le taux de croissance projeté à l’horizon 2030 pourrait dépasser la moyenne de 5,5 % par an.