Salaire moyen au Maroc : Les derniers chiffres

Quel est le salaire moyen d’un Marocain ? Nous vous présentons la dernière étude sur le salaire moyen marocain rapportée par le Haut-commissariat au plan.
Source : cmconjoncture
Posté Le : Jeudi 23 juin 2022

Quel est le salaire moyen au Maroc ?

Récemment en avril, le gouvernement du Maroc a signé un « accord social » avec les principaux syndicats du pays et le patronat autour d’une mesure phare : une augmentation du salaire minimum dans le privé et le public. L'accord scellé par le gouvernement et les trois centrales syndicales les plus représentatives du pays ont aussi abouti à une augmentation des allocations familiales à partir du quatrième enfant. Ces mesures sociales s’insèrent dans un contexte de crise économique.

Selon l’Organisation internationale du travail, le Maroc détient le salaire minimum le plus élevé d’Afrique du Nord. Le SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti) est d’environ 2698 dirhams marocains par mois en 2022, avec un salaire moyen Maroc aux alentours de 1793 dirhams en 2021. Malgré tout, le salaire minimum du Maroc demeure bien moins important que celui des pays européens. Par ailleurs, le salaire moyen au Maroc connaît de fortes disparités, essentiellement entre le secteur public et le secteur privé, un écart parmi les plus élevés de la région.

 

Les derniers chiffres du salaire moyen au Maroc

Pour connaître le salaire moyen Maroc, on additionne les salaires de tous les Marocains concernés, quel que soit leur niveau, puis on le divise par le nombre de salariés. On peut calculer le salaire moyen d'une profession, d'un statut, d'une entreprise... Bien qu'intéressant, le chiffre du salaire moyen est à considérer avec des pincettes, puisqu'il exagère l'importance des très hauts revenus. En d'autres mots, la moyenne est « gonflée » par les très hauts revenus qui ne concernent en réalité qu'une minorité de salariés.

La dernière étude sur le salaire moyen au Maroc date de 2021, rapportée par le Haut-commissariat au plan. Ce dernier a fait une enquête sur la répartition sociale des revenus au Royaume. Réalisée auprès d'un échantillon de 3.290 ménages, l'enquête couvre l'ensemble du territoire national et des couches sociales. Selon l'enquête, le revenu total des ménages marocains est estimé annuellement à 767,14 milliards de dirhams. Les ménages urbains disposent d'un revenu total 2,8 fois celui de leurs homologues ruraux, soit respectivement 564,02 milliards de dirhams pour les premiers et 203,12 milliards de dirhams pour les seconds.

Par ménage, le revenu annuel moyen s'établit à 91.933 dirhams, ce qui équivaut à un revenu mensuel moyen de 7.661 dirhams. Le revenu annuel moyen est de 98.483 dirhams en milieu urbain (8.207 dirhams par mois) et 77.600 dirhams en milieu rural (6.467 dirhams par mois).

Par personne, le revenu annuel moyen au niveau national est de 21.515 dirhams, ce qui équivaut à un salaire moyen Maroc de 1.793 dirhams mensuel. En milieu urbain, le revenu annuel moyen est de 24.992 dirhams (2.083 dirhams/mois), tandis qu’en milieu rural il s’élève à 15.560 dirhams (soit 1.297 dirhams/mois).

 

Il existe de fortes différences du salaire moyen au Maroc entre le secteur privé et le secteur public

Le marché de l’emploi affiche souvent les disparités de salaire entre les entreprises publiques et celles du secteur privé. Le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) désigne à l’heure actuelle le salaire horaire minimum en vigueur au Maroc. Comme l’indique son nom, le SMIG s’applique à tous les corps professionnels à l’exception notable du SMAG (salaire minimum agricole garanti) qui est soumis à un régime spécifique. Le SMIG est fixé par décret par le gouvernement. Une telle opération s’effectue généralement à la suite d’intenses tractations tripartites entre l’État, les organisations syndicales et le patronat.

En 2022, les salaires minimums légaux au Maroc dans le secteur de l’industrie, du commerce et des professions libérales sont de 14.81 dirhams/heure, soit 2 828.71 dirhams mensuel (à raison de 191 heures travaillées par mois). Après les différentes retenues, le SMIG mensuel net tourne autour de 2638 dirhams. Dans le secteur de l’agriculture, le SMAG Journalier est égal à 76.70 dirhams /Jour. Pour 30 jours de travail par mois, le SMAG au Maroc en 2022 est de 2301 dirhams brut.

Le salaire moyen au Maroc dans le secteur public est passé de 5.333 dirhams net en 2007 à 8.237 dirhams en 2021, soit une augmentation de 54%. Le SMIG dans le secteur public quant à lui est passé de 1.586 dirhams en 2007 à 3.300 dirhams en 2021, ce qui revient à dire que celui-ci a plus que doublé au cours des 15 dernières années. Et en vertu du dernier accord social d’avril 2022, le gouvernement s'est engagé à porter ce SMIG dans le secteur public à 3.500 dirhams.

Au Maroc, près de 79% de la population active n’est affiliée à aucun système de retraite et environ 75% des travailleurs ne bénéficient d’aucune couverture sociale. D’autre part, les femmes sont plus touchées par les inégalités, 45% des femmes percevaient moins que le SMIG contre 35% des hommes. Parallèlement, 67,7 % des actifs occupés marocains considèrent être en sous-emploi, c’est-à-dire qu’ils estiment être surqualifiés ou sous-payés pour le poste qu’ils occupent.

Si outre la différence entre le salaire moyen du secteur public et celui du secteur privé on inclut les compensations non pécuniaires, comme la sécurité de l'emploi, un fonds de pension généreux, un rendement moins élevé au travail, alors la divergence entre le secteur public et le secteur privé est encore plus importante. Si les chercheurs d’emploi marocains, surtout les travailleurs qualifiés, se tournent alors davantage vers le public, c’est aussi parce que le secteur garantit d’autres avantages comme la couverture santé et un système de cotisations pour la retraite.

Néanmoins, les estimations réalisées au niveau des entreprises du secteur privé formel indiquent qu'une augmentation du salaire minimum induit aussi une augmentation du salaire moyen au Maroc à travers le temps. Plus spécifiquement, les élasticités à court et à long terme sont respectivement inférieure et supérieure à l'unité.