Compétitivité : Le CMC appelle à une meilleure efficacité énergétique

Le Maroc devra faire face à une forte demande en énergie durant les dix prochaines années. Ceci du fait de la dynamique économique, des transformations de la structure de production et de l’évolution du niveau de vie.
Source : Le Matin
Posté Le : Jeudi 7 mars 2019

La consommation finale de l’énergie primaire qui se situe actuellement autour de 0,4 tonne équivalent pétrole (TEP) par habitant devrait atteindre 1,1 TEP par habitant à l’horizon 2030. «Soit un niveau qui se rapproche de plus en plus de la situation dans nombre de pays émergents», souligne le Centre marocain de conjoncture dans sa dernière publication dédiée à l’efficacité énergétique. Malgré les efforts d’investissements dans le développement des ressources énergétiques, le Maroc affiche une forte dépendance vis-à-vis de l’extérieur : les besoins en énergie sont couverts par des approvisionnements du reste du monde à hauteur de 93% en 2017. Et selon le scénario de référence, «la demande intérieure en énergie primaire atteindrait 39 millions de tonnes d’équivalent pétrole en 2028», soutient le CMC. L’institution recommande ainsi d’améliorer l’efficacité énergétique et de mieux gérer ce double objectif de réduire la dépendance vis-à-vis de l’extérieur et de dynamiser la croissance de l’économie. Dans cette perspective, le développement de l’énergie d’origine solaire, éolienne et hydroélectrique retient de plus en plus l’attention des pouvoirs publics. Par ailleurs, tout un dispositif institutionnel (nouvelle réglementation, organes de gestion, etc.) a été mis en place dans l’objectif d’une meilleure organisation des activités de ce secteur.