Conjoncture : 168 milliards de DH de recettes d’exportation de services en 2017

Le secteur tertiaire occupe une place importante dans la formation de la production intérieure brute. Durant les 3 dernières décennies, sa contribution dans le PIB s’élève à 50%. Sur la période 2007-2017, les recettes d’exportation des services ont cru de 5,4%, à 168 milliards de DH, selon le CMC.
Source : Le Matin
Posté Le : Lundi 17 juin 2019

Le secteur tertiaire recouvre un large éventail d’activités. Il occupe une place importante dans la formation de la production intérieure brute.

Sa contribution dans le PIB durant les trois dernières décennies s’est élevée à 50% contre 40% au début des années 1960. Elle est de 70 à 80% dans certains pays parmi les plus développés et de 40% dans les pays les plus pauvres. C’est ce qui ressort de la dernière lettre mensuelle du Centre marocain de conjoncture (CMC) intitulée : «Les services : quel apport pour la croissance économique ?»

Le chiffre d’affaires à l’export des activités de services a connu depuis plus d’une dizaine d’années une croissance soutenue. Les recettes d’exportation de ce secteur se sont élevées à 168 milliards de DH en 2017, soit une hausse moyenne de 5,4% sur la période 2007-2017. Selon le CMC, cette progression s’explique principalement par la nouvelle dynamique économique soutenue par les réformes structurelles engagées dans le cadre du processus de libéralisation de l’économie surtout en ce qui concerne le commerce des services. Les perspectives de développement de ce secteur à moyen terme tablent sur le maintien de sa dynamique à la faveur d’un environnement des affaires en constante amélioration.

Le secteur des services joue un rôle crucial dans le développement de la croissance et la création de l’emploi. En effet, la troisième révolution industrielle des années 1980 et surtout la quatrième du début du 21e siècle bien que portées par les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) ont fait reposer leur réussite sur le redéploiement des activités de services. La tertiarisation de l’économie a hissé les services au rôle de marqueur normatif de la croissance et de l’emploi dans les sociétés postindustrielles.

De même, la révolution tertiaire a été caractérisée par un mouvement croissant de destruction-création et de transformation de la nature des emplois et des activités.

Ailleurs, dans le continent africain, le principal secteur qui absorbe la main d’œuvre est celui des services. En effet, les pays de l’Afrique subsaharienne sont peu industrialisés, même si leur niveau de revenu est plus important que celui de quelques pays d’Asie.