Croissance : Le CMC prévoit -3,2% pour cette année

La révision des prévisions de croissance pour cette année se poursuit, avec un dénominateur commun :
Source : Le Matin
Posté Le : Mardi 28 avril 2020

Le PIB marocain devra bel et bien évoluer en dessous de zéro. La dernière projection en date est celle du Centre marocain de conjoncture (CMC) qui a revu sa prévision pour 2020 en moins d’un mois de 0,8% à -3,2%. Rappelons que la Banque mondiale prévoit -1,7% et le FMI (Fonds monétaire international) -3,7%.

Pour le CMC, cette contre-performance résulterait d’une contraction de l’ensemble des secteurs «sous les effets multiples déclenchés par la maladie du Covid-19, de la psychose et de la perte de confiance en passant par les restrictions des déplacements et le confinement pour arriver au stade de l’état d’urgence sanitaire». Le Centre indique qu’en dehors de la branche des produits pharmaceutiques, du secteur du commerce et des services non marchands, les autres secteurs subiront l’impact négatif du Covid-19.  Ainsi, le secteur agricole verrait sa valeur ajoutée reculer d’environ 3% en raison de la sécheresse. Le secteur de l’hébergement et la restauration fléchirait d’environ 25% en termes de valeur ajoutée «tant la reprise serait lente et difficile». Idem pour les services de transport (aérien, ferroviaire et routier), dont la valeur ajoutée globale connaîtrait un «fléchissement conséquent», selon le CMC. L’industrie extractive perdrait, quant à elle, de son tonus et connaîtrait un repli si la situation reste en l’état.

Pour les industries manufacturières, les économistes du Centre estiment que leur contribution à la croissance se situerait en deçà de 1% du fait que certaines de ces activités peinent à trouver des marchés ou sont bloquées par manque d’approvisionnement en matières premières et produits intermédiaires. D’autres sont complètement à l’arrêt, comme l’industrie automobile. À noter que Renault a annoncé, la semaine dernière, une reprise partielle et progressive de son activité à Casablanca et Tanger.