Le PLF 2023 n’est pas assez agressif pour relancer l’économie (CMC)

Le gouvernement a fait preuve d’un énorme effort dans le Projet de Budget 2023, «dont les principales dispositions visent à relancer l'investissement productif et à consolider le rôle de l'État social au Maroc», a indiqué le Centre marocain de conjoncture (CMC).
Source : Le Matin
Posté Le : Mardi 8 novembre 2022

Ce qui est «louable et nécessaire à un moment où la situation a été intenable et critique aussi bien du côté de la demande que du côté de l’offre», estime le CMC dans une publication consacrée au Budget 2023. Toutefois, nuance-t-il, en dépit de ces efforts, la politique budgétaire reflétée par le projet de loi de Finances 2023 (PLF23) «n’est pas aussi agressive qu’on l’aurait souhaité pour pouvoir porter l’activité économique sur une véritable trajectoire de relance». Pour les économistes du centre, PLF23 s’inscrit dans «le tracé traditionnel des règles de prudence budgétaire» et se fixe comme orientation la préservation des équilibres macro-économiques.

Le déficit budgétaire rapporté au Produit intérieur brut ne dépassera guère, selon les hypothèses les plus pessimistes, les 4,5%, relèvent-ils. Or, «laisser filer le déficit serait bénéfique à la reprise après les sérieux dégâts causés par la crise au tissu économique national», souligne le CMC. Il estime que «face aux incertitudes qui ont tétanisé les opérateurs dans leurs anticipations et aux doutes qui ont fait accroître leur frilosité et leur méfiance, l’économie nationale a besoin, à ce carrefour précis de 2023, de contre-chocs puissants pour l’extraire de l’impasse récessive dans laquelle elle se trouve, la version finale du projet de loi de finances doit être plus percutante et émettre des signaux forts aux opérateurs pour convaincre et décliner l’intention déclarée de l’exécutif pour son engagement dans la relance économique», insiste le CMC.