Le tourisme a contribué pour 7% au PIB national

Avec un chiffre d'affaires de 115 milliards de dh (MMDH) en 2016, le tourisme a contribué pour 7 % au PIB national et favorisé la création de près de 2,5 millions d'emplois directs et indirects, a indiqué, le ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l'Artisanat et de l’Economie sociale, Mohamed Sajid.
Source : Libération
Posté Le : Mercredi 11 octobre 2017

Présentant un exposé sur "Le tourisme : Etat des lieux et perspectives", à l'occasion du Conseil de gouvernement, M. Sajid a relevé que le secteur a enregistré 64,2 MMDH de recettes en devises, faisant état d'une nette évolution du secteur en ce sens que le nombre de touristes a passé de 9,3 millions à 10,3 millions entre 2010 et 2016, a indiqué le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, lors d'un point de presse à l'issue de cette réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement.

Cependant, a-t-il fait observer, le taux d’évolution annuelle demeure en deçà des attentes vu les potentialités dont regorge le Royaume en comparaison avec d'autres destinations, relevant que le taux d'occupation des hôtels, qui n'a guère dépassé les 40 %, figure parmi les grands défis auxquels fait face le secteur, rapporte la MAP.

Et d'ajouter que le trafic aérien a connu entre 2005 et 2016 une hausse annuelle moyenne estimée à 7,6 %, tout en évoquant l'efficacité de la stratégie adoptée par le Maroc en matière de libération du trafic aérien depuis 2004 et la signature de l'accord Ciel ouvert avec l'Union européenne en 2006, ce qui a permis, a-t-il dit, d'augmenter le nombre global des passagers de 9,2 millions en 2003 à 18,2 millions en 2016.

Le nombre de passagers au niveau des vols internationaux a passé de 7,3 millions en 2003 à 16,3 millions en 2016, alors que le nombre des aéroports étrangers liés au Maroc a passé de 43 à 120 en 2016, a-t-il précisé.

A cet égard, M. Sajid s'est félicité de l'adoption par le Maroc d'une stratégie sectorielle dès 2001, laquelle s’est transformée en "Vision 2010", puis "Vision 2020", visant à diversifier le produit touristique, promouvoir de nouvelles destinations et garantir une répartition équitable à travers les différentes régions, faisant toutefois état de défis qui persistent à cause de la non mobilisation des fonds nécessaires à la mise en œuvre des objectifs de ces visions.