Les opérateurs économiques abordent le virage 2021 avec optimisme

En dépit de l’émergence de nouvelles mutations du virus et d’un bilan humain de plus en plus lourd et préoccupant, l’amélioration de la couverture vaccinale suscite l’optimisme dans le monde,selon le Centre marocain de conjoncture (CMC) qui a annoncé récemment la parution de sa dernière publication mensuelle intitulée «Maroc Conjoncture» (n° 335).
Source : Libération
Posté Le : Mercredi 19 mai 2021

Au Maroc, l’accès aux vaccins devrait favoriser la confiance et la reprise de l’activité, a-t-il affirmé dans ce spécial consacré à « La relance économique : Priorités et mesures d’accompagnement ». Pour cet Observatoire privé et indépendant de l’économie marocaine, spécialisé dans l’analyse et le suivi de la conjoncture, la prévision et l’évaluation d’impact, il ne fait donc aucun doute que « la campagne de vaccination menée à un rythme soutenu et d’une manière exemplaire a apporté un grand bol d’air au climat des affaires ». Aussi, en dépit du léger rebond de la pandémie enregistré en début d’année et des multiples restrictions engagées par les pouvoirs publics pour contenir le fléau, cette campagne « a redonné confiance aux opérateurs économiques qui, certes avec précaution, sont en train d’aborder le virage 2021 avec détermination et un brin d’optimisme de bon nombre de secteurs d’activités », a soutenu le CMC dans sa publication. Dans un communiqué rendu public à l’occasion de la parution de sa publication mensuelle, le Centre s’est aussi intéressé à la relance post pandémie, soulignant la nécessité d’apporter un soutien aux PMEPMI et l’importance de soutenir la dynamique d’investissement Dans sa réflexion sur ce point, il a noté que « dans un contexte économique particulièrement contraignant avec la persistance de la crise sanitaire et ses effets déstabilisateurs, les programmes de soutien à l’activité engagés dans l’urgence peinent à produire les résultats escomptés que ce soit au plan de la croissance, de l’emploi ou du progrès social ». Poursuivant sa réflexion, le Centre a constaté que « plus d’une année après le déclenchement de la pandémie et après de multiples efforts pour en atténuer les effets tant au niveau économique que social, le cycle d’activité, bien que résilient, ne donne pas encore les signes d’une inflexion de tendance suffisamment vigoureuse ». Dans ces conditions, le Centre marocain de conjoncture a estimé que la « situation rend nécessaire la consolidation des programmes de soutien aux PME à travers la facilitation de l’accès au financement mais aussi l’amélioration de l’environnement compétitif ». Le CMC a, en outre, expliqué qu’elle rend également nécessaire l’intensification de l’effort d’investissement pour la transformation structurelle et la modernisation de l’économie. Dans son analyse de la situation, le Centre a, par ailleurs, fait remarquer que « les sous-performances du tourisme et du secteur des services en général constituent un facteur de baisse des perspectives économiques ». Il faut dire que la pandémie du Covid-19 a provoqué un choc brutal dans ce secteur mettant à mal l’économie du tourisme. Comme l’a rappelé le CMC dans sa publication,«les restrictions imposées pour contenir la propagation de ce virus ont plongé ce secteur dans une crise profonde » relevant que la baisse de l’activité du tourisme international a ainsi été évaluée entre 60% et 80%. Citant les dernières données de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), le Centre a indiqué que les arrivées internationales ont chuté de 74%. C’est ainsi que « les destinations du monde entier ont accueilli 1 milliard d’arrivées internationales de moins que l’année précédente, en raison d’une baisse sans précédent de la demande et des restrictions de voyages», a-t-il expliqué. Ace propos, le CMC a noté que cette tendance baissière a été aussi observée au niveau du secteur touristique national qui a été fortement éprouvé par la crise sanitaire.