Les prévisions de production et de stocks de céréales revues à la hausse

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a annoncé avoir revu à la hausse les prévisions concernant la production et les stocks de céréales.
Source : Libération
Posté Le : Jeudi 15 novembre 2018

En effet, selon ses dernières prévisions, il apparaît que la production mondiale de céréales en 2018 devrait s’établir à 2,601 milliards de tonnes, soit une hausse de près de 10 millions de tonnes par rapport aux prévisions du mois dernier.

La FAO attribue cette variation mensuelle principalement aux «révisions à la hausse de la production de blé au Canada et en Chine, qui font plus que compenser les révisions à la baisse en Australie et dans l’Union européenne», signalant toutefois 57 millions de tonnes de moins que le niveau record de 2017, soit 2,1%.

Dans un communiqué rendu public dernièrement, l’organisation avait ainsi estimé que la production mondiale de blé en 2018 devrait approcher les 728 millions de tonnes, ce qui correspond à un recul de 4,3% par rapport à l’année précédente.

«Des prix qui sont rémunérateurs dans l’ensemble devraient favoriser une augmentation des surfaces emblavées dans l’Union européenne, aux Etats-Unis et en Inde, mais des craintes liées à la météorologie pourraient compliquer les ensemencements dans certaines régions de la Chine et du Pakistan», avait-elle affirmé.

En raison principalement d’une révision à la hausse des perspectives concernant le maïs et l’orge, l’agence onusienne prévoyait aussi que la production mondiale de céréales secondaires s’établirait à 1,360 milliard de tonnes, soit une baisse de 2,2% par rapport à 2017.

Selon l’organisation, la production de riz en 2018 «devrait battre de 1,3% le niveau record de 2017 et atteindre 513 millions de tonnes », grâce notamment à l’augmentation des surfaces cultivées et que la FAO explique par «des prix plus rémunérateurs, et à une diminution des pertes causées par des conditions météorologiques défavorables, en particulier en Asie».

S’agissant des prévisions concernant l’utilisation mondiale de céréales pour 2018-2019, les dernières prévisions annonçaient une légère hausse de 0,2% estimée à 2,653 milliards de tonnes, soit 39 millions de tonnes de plus correspondant à 1,5% par rapport aux estimations pour 2017-2018.

Pour l’agence, «cette révision à la hausse, aussi bien par rapport à la campagne précédente que par rapport au mois dernier, s’explique principalement par une augmentation de l’utilisation du maïs dans l’alimentation animale et à des fins industrielles».

D’après les prévisions de la FAO, l’utilisation mondiale de céréales secondaires devrait atteindre un niveau record en 2018-2019, en raison d’une forte demande pour l’alimentation animale et à des fins industrielles, en particulier en Chine et aux Etats-Unis.

Par ailleurs, «les prévisions concernant les stocks mondiaux de céréales à la clôture des campagnes de 2019 ont été relevées de 10,6 millions de tonnes (1,4%) par rapport à octobre et atteignent désormais près de 762 millions de tonnes, mais restent encore largement en baisse – de 53 millions de tonnes (6,5%) – par rapport à leur niveau d’ouverture record», pouvait-on lire dans le communiqué de la FAO.

S’agissant des stocks mondiaux de blé, la même source indiquait que les prévisions concernant ce produit ont été relevées de 9 millions de tonnes par rapport à l’estimation précédente.

Toutefois, et d’après l’agence onusienne, «les stocks totaux de blé devraient tout de même diminuer d’au moins 12 millions de tonnes (4,5%) par rapport à leur niveau d’ouverture record et s’établir à 264 millions de tonnes».

A suivre ses prévisions, la baisse des stocks de blé en glissement annuel devrait surtout concerner les principaux exportateurs. Ainsi, l’organisation estime que «chez les principaux exportateurs de blé, le rapport stocks de clôture/disparition totale (utilisation nationale plus exportations) devrait tomber à son plus bas niveau depuis cinq ans, pour s’établir à 16,3%».

Autre recul signalé dans ses prévisions, celui du volume total des stocks de céréales secondaires qui accuserait ainsi sa première baisse depuis 2012-2013. A en croire la FAO, «le fléchissement attendu sera en grande partie imputable au maïs et devrait concerner surtout les principaux pays exportateurs ainsi que la Chine, ce pays ayant adopté une politique de diminution des stocks de maïs».

L’organisation est, cependant, certaine que les stocks mondiaux de riz à la clôture de la campagne 2018-2019 devraient atteindre un nouveau niveau élevé de 176,6 millions de tonnes. Ce qui veut dire une amélioration «de 2,6% par rapport aux niveaux d’ouverture et un niveau identique à ce qui était prévu en octobre».